Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Le Ministre des Infrastructures sportives Jean-Luc Crucke signe la promesse de subsides pour la rénovation de la piscine!
Actions sur le document

Le Ministre des Infrastructures sportives Jean-Luc Crucke signe la promesse de subsides pour la rénovation de la piscine!

Le ministre des infrastructures sportives, Jean-Luc Crucke, vient de souhaiter ses bons vœux aux citoyens de Châtelet et Farciennes en signant la promesse ferme de subside pour la réalisation du nouveau centre aquatique Sambr’Aqua échafaudé par les communes de Châtelet et de Farciennes.

Un rappel chronologique tout d’abord. En 2014, la piscine de Farciennes avait dû fermer ses portes en raison de sa vétusté qui mettaient les utilisateurs en danger. « Au vu de son utilisation qui dépassait largement les frontières communales et de son coût pharaonique, nous avons très vite décidé qu’une réouverture de celle-ci ne pourrait se faire qu’en intercommunalisant l’outil » détaille le Bourgmestre de Farciennes, Hugues Bayet.

La commune avait d’ailleurs diligenté dès 2015 une étude de faisabilité par des spécialistes du secteur afin de déterminer un programme précis pour donner une deuxième vie à l’infrastructure farciennoise.

C’est ainsi qu’en 2016, la commune, qui avait joint à la cause Aiseau-Presles et Chatelet, avait répondu à l’appel wallon du « Plan Piscine ». Le projet pluri-communal avait recueilli les suffrages du comité d’analyse wallon qui et en 2018 le Gouvernement wallon sélectionnait le projet farciennois dans ce cadre.

Hélas, en 2019, Aiseau-Presles décidait  de quitter le navire, obligeant Farciennes et Châtelet à reprendre les démarches à zéro. D’une part, il fallait confirmer que la Région confirmait le subside alloué. D’autre part, il a fallu reprendre les analyses financières et juridiques. « Un projet de cet ampleur ne se fait autour d’un coin de table, cela met du temps d’autant plus que nous sommes tributaires des délais légaux imposés par les pouvoirs subsidiants. »

En 2020, deux premières importantes étapes étaient franchies. Premièrement, en février, la constitution de l’intercommale Sambr’Aqua entre les communes de Châtelet et de Farciennes. A noter, c’est assez rare pour être souligné, que les mandats exercés dans cette structure le sont fait bénévolement. Deuxièmement,  en juillet, l’attribution du marché public pour la conception, la réalisation et la gestion de la transformation et l’extension de la piscine de Farciennes.

C’est la particularité du dossier. Un groupement unique s’occupera de l’ensemble de la mission y compris la gestion de la nouvelle infrastructure dans le but de maitriser au maximum les coûts pour les deux communes : « D’une part,  la gestion d’une piscine est devenue un job à part entier qui doit être confié à des professionnels » analyse Hugues Bayet. « Le rôle des pouvoirs publics est de mettre des verrous pour garantir l’accès à nos enfants et aux citoyens à un prix réduit. D’autre part, l’architecture de la piscine est pensée selon les désidératas de l’exploitant.»

En plus d’un bassin classique de 25 mètres et d’une pataugeoire, la nouvelle infrastructure sera agrémentée d’espaces aquatiques ludiques et de détentes, de salles de sports, d’un espace horeca avec terrasse, etc. « Tous ces équipements doivent permettre au partenaire privé de rentabiliser au maximum son investissement, ce qui permettra de limiter le coût pour les deniers publics » embraye l’Échevin des finances de Châtelet, Michel Mathy. « Notre priorité, c’est de permettre à nos enfants d’apprendre à nager et au vu du manque de piscine dans la région, nous devrions faire rapidement le plein ! »

Le nouveau bâtiment fera également la part belle aux économies d’énergie puisqu’il sera alimenté en chauffage par le réseau de chaleur constitué au départ de l’unité de valorisation énergétique de TIBI et en électricité par un champ de panneaux photovoltaïques. Ce centre aquatique sera unique dans la région de Charleroi puisque l’infrastructure identique la plus proche se trouve à La Louvière.

Après une minutieuse analyse, la Wallonie par la voix de son ministre des infrastructures sportives vient de signifier officiellement l’accord du subside wallon. Sambr’Aqua va donc pouvoir signifier l’ordre de commencer la mission au groupement retenu. Il s’agit pour la mission d’architecture du bureau AUPA, pour la construction des entreprises BEMAT et Duchêne et pour la gestion de la société Equalia. Le montant des travaux avoisinera les 10 millions TVAC (9.756.856 € TVAC). La Wallonie soutient le projet à hauteur de 3,9 millions €. Le solde sera financé par l’intercommunale sur base d’un prêt à taux 0 auprès du CRAC.

« Nous débuterons évidemment par la phase de demande de permis d’urbanisme, une fois obtenu, nous pourrons commencer les travaux » informe encore Michel Mathy. « Nous tablons dès lors sur une ouverture de l’outil en février 2023. »

Et ce n’est pas tout. La nouvelle emploiera plus ou moins l’équivalent de 10 temps-plein entre un responsable de la structure, des agents d’accueils, des maitres-nageurs, des techniciens, etc. Et pour ces emplois créés, la piste locale sera privilégiée. « On a inscrit dans le contrat que les Pôles emploi des deux communes seront les partenaires pour les engagements. » Des jobs à la clé pour les habitants de Châtelet et de Farciennes qui le désirent donc. Jean-Luc Crucke, Ministre des Infrastructures sportives : « Si je devais choisir trois éléments à mettre en avant sur ce dossier, je choisirais les suivants : la supracommunalité du projet, le partenariat public/privé et la pugnacité des porteurs de projets. Pour les deux premiers items, je ne cesse de les pousser depuis le début de la législature car, pour moi, ils représentent l’avenir du développement des infrastructures sportives sur le sol wallon. Pour ce qui est de mon 3 ème point, le jusqu’au-boutisme des deux communes mérite notre respect quand l’on connaît la lourdeur administrative propre au montage de tels dossiers. Je ne manquerai d’ailleurs pas de sensibiliser mes collègues du Gouvernement, et particulièrement le Ministre des Pouvoirs locaux, pour trouver des solutions facilitants ce type de montage ».